Bienvenue chez moi

Je suis heureux de vous accueillir dans mon blog ! Vous y trouverez des textes, de la poésie, des souvenirs de vadrouilles et de voyages intimes, que j'ai écrits, seul ou dans un atelier d'écriture, depuis 2001... J'ai pour sujets d'inspiration un thème imposé, un texte, une photo, un tableau, une musique, ou un morceau de mon existence...
Les "Ecrimages" sont les résultats de ces rencontres entre la lettre et l'image...
Je serai ravi de lire vos commentaires : Merci !
Loïc

lundi 19 juin 2017

(Rediffusion) : Guerlédan

Je sentais que mon blog se languissait, 
s'ennuyait d'une façon dramatique, 
et n'allait pas tarder à dépérir ...
Aussi, je profite d'une "étape connectée", 
là où je me trouve, 
pour vous proposer à nouveau une nouvelle 
que j'ai eu tant de plaisir à écrire.

Une nouvelle : Guerlédan.

Chapitre un.

Autour du lac de Guerlédan, et particulièrement sur sa rive droite et près du barrage, un nombre important de curieux arpente aujourd'hui le sentier de promenade d’où l'on peut d’ordinaire accéder aux campings, aux aires de détente de détente, de pique-nique, ou même à l’aire d'initiation au ski nautique.

Mais rien de tout cela, en ce mois de mai 2015. Si tant de monde commence à se bousculer depuis les parkings aménagés pour l’occasion, la raison en est particulière. C'est l’assec du lac, un événement assez rare. L'entretien du barrage est très régulier, assuré par les vérifications minutieuses de techniciens, toutes les deux semaines, jusque dans ses entrailles. De plus, une étude plus approfondie de ses structures et de leur état, ainsi que de ses machines, se déroule tous les dix ans.
Le dernier assec, c'était en 1985, et cela avait déjà représenté une occasion de rassembler des milliers de personnes. On a jugé, trente ans plus tard, avec l’assentiment de la compagnie d’électricité, que le barrage réclamait une autre vidange, pour être rassuré (et rassurer la population !) : On n’ose même pas imaginer la catastrophe, si
……….
  • « Tu reviens, j’ai dit ! Oh mais, tu commences à nous embêter sérieusement, toi ! Attention, ça va être le retour immédiat au coffre de la voiture, si tu continues ! »
Louis, le maître du petit chien si turbulent, feint la colère, pour garder son autorité. Il est en réalité un homme très calme, posé, et qui sait bien s’y prendre avec les animaux. Fridu, donc, tête baissée, ferme la lente marche. Louis vient de fêter, à soixante ans, son départ à la retraite, et apprécie comme jamais les promenades.
Quelques mètres en avant, Pierre, le père de Louis, mène la file. Il se tient bien droit, fièrement, s’aidant d’une élégante canne noueuse, qu'il protège plus que tout, tant elle lui est précieuse. Il marche encore, régulièrement, il s’y astreint, mû par un orgueil qui dirige ses actes et ses pensées. Mais cet exercice est devenu tellement difficile qu'il doit y engager toute son énergie et sa volonté sans faille, du haut de ses quatre-vingts douze ans. Sa canne est le signe, noble et respectable, le dernier sans doute, de sa position hiérarchique. Il est le chef incontesté de toute la lignée familiale, le pater familias, auquel ils se réfèrent tous, respectueux et toujours obéissants, car il ne peut pas se tromper, on ne peut donc pas le contredire. Ils l’adorent, ce qui n'est pas incompatible.

Le spectacle de cette vallée asséchée est extraordinaire, étrange, indicible, indescriptible. Un seul mot : une vision lunaire. Une immense gangue de boue séchée (qu'il faudra, durant les travaux, désenvaser en partie ; des camions s’y sont déjà mis) garde des vestiges de vie : pans de maisons, de cabanes, arbres pétrifiés, comme les troncs que l'on enfonçait jadis dans l’amont de la Penfeld, à Brest, pour les durcir et en faire des mâts, à l'époque de la marine à voileEtrange, plus qu’inquiétant, le panorama d'un monde irréel, extraterrestre, peuplé de fantômes, de légende et de korrigans qui, c'est certain, grimpent de temps à autre sur les berges pour les hanter.

Louis et son petit-fils Pierrick marchent derrière l’aïeul, sans jamais chercher à le dépasser. Ils veillent à ne pas frapper malencontreusement la canne, par le choc d’un pied qui voudrait accélérer, et le déséquilibrerait : Honte, injure, sacrilège !
  • « Regardez ! s’écrie Pierrick : La maison, et l’écluse du Rond-Point, à côté ! On dirait qu’elle laisse encore passer de l’eau !
Louis, alors, lui apprend que « l’eau qui coule, c’est normal », car le cours d’origine de la rivière Blavet a repris, provisoirement, et naturellement, ses droits. Elle s’écoulera ainsi durant toute la durée des travaux : Six mois, sur le barrage et les versants de la vallée.

Pierrick - est-ce à cause de son âge ?n'est pas resté longtemps impressionné, et entreprend d'expliquer à son père et à son grand-père, assis pour faire une pause sur un tronc couché, ce qu'il a appris au cours de l'année dans son CM2 : les écluses, les vannes, les biefs, puis s’aperçoit assez rapidement que ses deux aînésconnaissent tout cela par cœur ! Leurs mimiques amusées le lui signifient bien, bien que son grand-père semble préoccupé, la tête ailleurs et le regard fixé sur l’écluse, là, en bas …


Chapitre deux.

Le grand-père décide que le moment est arrivé pour lui de prendre la parole. Cela ne lui est pas arrivé depuis plusieurs mois, car il s'essouffle rapidement et il a aussi une tendance à s’isoler, à s’enfermer dans ses songes. Il va donc parler lentement, gravement, car ce qu'il veut dire s’y prête. Il va s'économiser, donner ainsi plus de poids et de solennité à ses déclarations.

  • « Écoutez moi, Louis et Pierrick. Je sais, Louis, que tu as déjà entrepris, dès l'heure de ta retraite, d'accomplir ce qui t’apparaît comme un devoir, un cadeau pour ta postérité : Tu vas nous raconter, tu vas dire, tu vas coucher, toi le grand féru d’histoire, celle de notre famille. Eh bien, je veux, tant que j'en suis encore capable, y participer. En effet - il se racle la gorge, mais continue sans hésiter - je sais des choses, des choses qui n'ont jamais été dites.
  • Je vais vous raconter l’histoire de mon papa, votre ancêtre. Il s'appelait Julien. Il aurait eu cent-dix sept ans exactement aujourd'hui. Un grand homme, pour nous (mon frère, ma sœur et moi, le petit dernier).
  • Pendant mon enfance, la région et tout le centre-Bretagne, étaient bien plus actifs qu’aujourd'hui, grâce au canal, ce fameux Canal de Nantes à Brest, qui a apporté la vie, le commerce, les échanges humains, les rencontres, et même parfois les mariages entre « pays » et « étrangers ». Mon père Julien vivait de lui, grâce à lui, car il était marinier. Il adorait son métier, cela se sentait même s’il n’en parlait que rarement. Toute l'année ou presque, il dirigeait sa grosse gabarre, chargée de blé ou de pièces mécaniques usinées au port de Brest, quand il descendait vers Redon ou Nantes, ou alors il remontait vers Brest pour y porter des barils de vin et toutes sortes de précieuses marchandises provenant des pays lointains.
  • Lorsqu'il prit connaissance du projet de barrage, il fut épouvanté, devint comme fou et rejoignit aussitôt le groupe important des habitants des villages, qui ne voulaient pas voir disparaître tous leurs biens, leurs terres, leur gagne-pain, leur vie simple mais irremplaçable.
  • Ils eurent beau se battre bec et ongles, les gens de l'Electricité gagnèrent, car l'argent est toujours le plus fort. On vit alors, durant des années, monter ce monstre de béton. La construction fit des blessés, des misères, et les ouvriers se plaignaient sans résultat de la petitesse de leur salaire, « tout juste bon pour des Bretons », avait entendu dire Julien, un soir, par des ingénieurs cyniques.
  • Mon père était connu pour être un taiseux, bourru, antipathique et misanthrope, surtout après ce début de chantier qui était pour lui un drame. Il n’aimait que son chien Youki, qui l’accompagnait dans ses longues promenades dans la forêt, quand une escale lui en offrait le loisir. Ses rares voisins le nommaient « le berger » : Il en avait le comportement solitaire et renfermé.
  • Un seul homme lui convenait : Mathieu, l'éclusier. Il était fréquent que Julien fût logé chez lui, lors de ses escales au « Rond-Point ». Il profitait alors du gîte et du couvert, et d’une solide amitié, semble-t-il, qui avait peu à peu amadoué cet homme sauvage. Julien appréciait très sincèrement Mathieu, qui régnait en seul maître sur son écluse et sur son potager, ses royaumes. »


Chapitre trois.

Et Pierre parle, lentement, pesant chacun de ses mots, d'une voix monocorde ; Louis et Pierrick sont hypnotisés, subjugués par son récit. Fridu, lui, en a assez de cette immobilité forcée. Il s'agite à nouveau, court comme un fou sur cinquante mètres, revient en haletant, repart en aboyant Rien n'y fait, ni les ordres ni les caresses.
  • « Je n'y comprends rien, il se passe certainement quelque chose » s’inquiète Louis. Pierrick, va donc le promener, cela devrait le calmer ».
Pendant toute la durée de cette interruption, Pierre est resté immobile, statufié comme le paysage, et muet, les yeux mi-clos. Il revit de toute évidence des événements important et douloureux. Puis il s'adresse à son fils :
  • « Ton grand-père Julien parlait souvent à la famille d'une façon bizarre : Il affirmait se trouver au centre d'un combat, de luttes, de persécutions. Il exprimait des regrets, des rancoeurs, tout cela de manière diffuse, imprécise, sans parvenir à poser des mots sur ses maux. Son métier, ses combats, ses échecs ? Il était, disait-il, accablé de remordsdes remords, pourquoi … ? Personne n'avait jamais eu la moindre réponse.
La voix de Pierre s’était peu à peu affaiblie, devenant presque inaudible. Son visage était empreint d’une immense tristesse. Il semblait être un enfant perdu, tout son être souffrait d’une détresse profonde.
Mais Pierrick revient, il a réussi à calmer Fridu et il s'assoit près des deux hommes.
Alors Pierre, s’efforçant de ne rien laisser paraître, se lève avec peine, et ordonne, d’un ton n’admettant aucune réplique :
  • « Nous allons descendre à l'écluse ! »

Chapitre quatre.

Pierre a repris la tête de la marche. Cette fois il marche d’un pas bien plus assuré, comme si ses déclarations l’avaient libéré, lui donnant des ailes. Louis et son fils le suivent, impressionnés, s’interrogent, se regardent souvent, sans trouver que dire. Ce trajet semble interminable. D'un sentier de forêt, ils atteignent progressivement le bord de ce qui est « normalement » un lac. Plus aucune trace de vie, si ce n'est un amoncellement de détritus de toutes sortes répandus sur le fond, jetés par les touristes qui visitent en bateau, ou par les passants
Un embarcadère, près de la passerelle du départ du ski nautique. Pierre reprend la parole, tous s’arrêtent de nouveau, se figent.
  • « En 1930, tout a été fini. La mise en eau était terminée, Julien n'avait plus aucun espoir de garder son travail, d’autant que le canal allait être incessamment fermé à la circulation. Il trouva bien par intermittence des travaux en louant ses services comme journalier, errant de ferme en ferme. Cela ne dura qu'un temps, car cette situation lui était insupportable.
  • Mon père repéra alors l'embarcadère : Un ancien langoustier, le Sans-Gène, avait, avant la fermeture du canal, été racheté, remis en état et conduit de Croix-de-Vie, en Vendée, jusqu'à Brest. On l’avait rebaptisé le Gwen ha Du, et dirigé avec des précautions infinies jusque Guerlédan. Il remplirait dès lors les fonctions de « bateau de tourisme », faisant à longueur de journée, en été, le tour du lac Julien y trouva un emploi de matelot-mécanicien, qui lui convenait bien mieux. Je me souviens bien : Il semblait avoir débusqué un vrai travail, il s'y investissait. On le voyait même … sourire, assez souvent ! »


Chapitre cinq.

  • « Tout n’allait pas si bien, hélas, continua Pierre. Assez rapidement, le visage de Julien reprenait son expression de grande fatigue, de renoncement, de remords, de désespoir. Et cela se passait, curieusement, surtout lorsqu'il venait de terminer une de ses navigations autour du lac, alors que le Gwen ha Du passait juste à l’aplomb des écluses englouties ... »
A-t-il entendu le nom de ce bateau ? Fridu tremble. Il gémit, tire sur sa laisse …

Tous approchent maintenant de l'écluse, puis de la maison. La boue colle aux bottes, mais après plusieurs jours d'assec, c'est praticable. Une grande émotion les envahit soudain, et leur coupe le souffle.

Des bruits curieux, de terre remuée et de siphon : Fridu creuse, enragé, insensé, frénétique. Pierre n’y tient plus, devient fébrile. Sa canne ne le supporte plus, il n'en a plus besoin d’ailleurs, il l’a oubliée.
Il passe derrière la maison, dans l'ancien appentis. Louis doit l'empêcher de s'écrouler, lui tape les joues pour éviter l'évanouissement : Fridu revient, tenant dans la gueule une petite boîte en cuivre, en bon état, ornée d'une ancre de Marine.


Chapitre six.
Au retour du lac, Pierre a exprimé, dès son retour à la maison, son grand désir de voir toute sa famille rassemblée. Il est bien conscient d'avoir pris un sacré coup lors de cette aventure. Il ressent un besoin irrépressible de rompre le non-dit.
  • « Mon père Julien se confiait beaucoup à moi. Mes frères et sœurs ne lui en semblaient pas dignes, je n'ai jamais pu savoir pourquoi
  • Alors, voilà : Julien, du temps où il était marinier, s’amarrait habituellement chez Mathieu l’éclusier, oui. Mais, trois ou quatre ans avant le début de la construction du barrage, il s'arrêtait aussi de plus en plus souvent – à l'écluse de Trégnanton, en aval. Il y rencontrait une douce Marie

Marie était la fille de cet éclusier. Mais l’homme était aussi c'était chose courante ardoisier, et de plus, propriétaire de plusieurs hectares de terres, confiées à des fermiers. Il vivait donc bien confortablement, et envisageait d'un très mauvais œil la préparation d’éventuelles noces entre sa chère Marie et ce « coureur de jupon » (Des rumeurs circulaient dans la vallée, qui répandaient, à tort, ce surnom).
Pierre continue :
« Un soir, mon père m'a appelé. Au bout de pénibles efforts Il m'a avoué : il avait dérobé cette boîte en cuivre dans la gabarre d'un copain. Il l’avait garnie d'une bague, qu’il offrirait à Marie, à l'occasion des fiançailles qu'il espérait tant


Epilogue.

Louis a bien observé la boîte. Elle est bien sale, mais il parvient, avec peine, à l'ouvrir : elle est vide.

Et Fridu tourne en rond, éperdument

samedi 20 mai 2017

Re-connaissance

Re-connaissance.

Tu me le disais toujours, dès le moment où nous sommes entrés en vie commune : " Je serai ton amour, à vie ". Je plaisantais : " A vie ? ça y est, je suis condamné ! mais quelle condamnation, j'en redemande ! ..."
Et nous éclations de rire, et je cherchais ton visage, et mes doigts, se faisant les plus doux, s'infiltraient avec tendresse dans ta chevelure. Je te disais que tu étais si belle, tu me répondais "dingo, tu dis n'importe quoi !" et j'insistais, tentais en vain de m'expliquer, de te faire ressentir mes sensations, je bredouillais gauchement que "mes doigts avaient des yeux" ...
Elle ne s'est jamais plainte de mon handicap, "je fais avec" ... Et même, elle m'affirmait qu'elle finissait par l'oublier. Elle en parlait très peu, elle m'avait confié un jour qu'elle éviterait de faire la garde-malade, qu'au contraire elle m'apprendrait l'indépendance. Et nous étions très bien ainsi.
J'étais abonné aux "Donneurs de voix", je dévorais des livres-audios, le casque sur les oreilles. Mais cela nous séparait, créait entre nous une barrière très gênante. Et cela m'isolait du monde entier, pas seulement de sa présence.
Très souvent aussi, nous profitions, assis dans notre canapé, de la musique (douce, calme, notre préférée), main dans la main. Le jazz était aussi notre grand ami, notre complice, qui agitait nos doigts et nos pieds. Lorsque nous n'étions pas d'accord sur le rythme, nous nous serrions les mains plus fort, et nous nous enlacions.
Le "quelque chose qui ne va pas" dans notre vie devenait cependant de plus en plus présent, puis pesant, puis, certains jours, insupportable. Je l'évoquais avec elle, m'en plaignais, chose nouvelle qui la décevait et la rendait taciturne et même boudeuse Puis elle devint impatiente, agressive, allant même jusqu'à m'enjoindre de "faire des efforts" !
Un jour, elle rentra d'une de ses sorties en ville qu'elle s'octroyait pour souffler un peu, et m'informa qu'elle était tombée, devant la vitrine d'une pharmacie, sur une affiche qui présentait une nouvelle technique opératoire en ophtalmologie. Cette "nouveauté fracassante" pouvait aller jusque ... redonner la vue ou la donner aux aveugles de naissance !
Elle avait ri toute seule, faiblement, d'un rire triste. "Un rire de clown", pensa-t'elle. Pourquoi, de clown ? elle en parlerait à son psy. Encore un de ces remèdes-miracles pour fatigués du bulbe ...
Une semaine plus tard, elle n'en pouvait plus. Elle avait passé et repassé en boucle, surtout la nuit, les pages qu'elle avait dénichées sur Internet, à propos de cette révolution, elle m'en parlerait.
Sur le coup, je partis, comme elle, d'un rire fou, forcé, presque dément. "Tu te fiches de moi, tu es méchante, tu n'as plus de coeur , dis-moi plutôt que tu en as assez de supporter ma cécité, je comprendrai..."
Au fil des jours, cela se révéla de plus en plus crédible, grâce à des contacts, que j'avais acceptés, avec un des grands pontes de l'ophtalmo en France. A force d'explications, de "leçons d'oeil" (baptisées ainsi par moi-même ), de discussions longues, difficiles, enflammées même, ce chirurgien parvint à me convaincre. Et puis, je n'avais rien à perdre. Mais un secret espoir était né ...
Ce fut long : une série d'examens, des visites épuisantes, une préparation et des contacts avec un psychologue, et ... Vogue la galère !
Ce n'en fut pas une. Après une opération sans problème, et un court séjour d'hospitalisation pendant laquelle je fus placé - pour quelle raison ?- en chambre stérile, on m'annonça ... qu'Elle allait pouvoir entrer me voir !
Elle franchit la porte, m'aperçut de loin, et s'effondra, en larmes, me couvrant de baisers. J'hésitais encore à ouvrir les paupières.
Puis je la découvris. Mon coeur battait la chamade. Un ange. Pas d'autre mot. Un être irréel. la Beauté, telle que je n'avais jamais pu imaginer, Elle était très différente de celle que j'imaginais, et beaucoup plus belle ! ... Le silence dans lequel nous restâmes ce jour-là, enlacés, nous jetant un coup d'oeil de temps à autre, était béni, une de ces visions qui touchent au surnaturel.
Notre retour à la maison fut une fête débridée, nous étions fous, littéralement. Embrassant tout le monde, sans arrêt, nous riions, nous nous esclaffions comme des enfants, je buvais à grands seaux le "plaisir ordinaire" (paraît-il) de voir. Voir, tout simplement ...
Elle était tellement étonnée, émerveillée des modifications qui entraient dans nos vies, qui la bousculaient un peu, mais ... c'était tellement bon !
Nous nous redécouvrions, nous renaissions, nous étions, plus que jamais, fusionnels.
Le mois suivant, après un voyage "de noce" inoubliable, nous nous installâmes dans une existence légère, aérienne, évanescente, sur un petit nuage.
Les premières atteintes survinrent alors : ma vue se dégrada très rapidement, les résultats de l'opération étaient décevants. Le mal allait suivre son cours, inexorablement, m'avait avoué mon chirurgien.
Je décidai d'en prendre mon parti (ou alors était-ce parce que je savais que ce serait irréversible ?)
Un soir je l'enlaçai tendrement, fixant son regard que je pouvais encore percevoir, et lui déclarai doucement : "Tu sais, mon amour, je t'ai vue, je t'ai vue, tu entends ? et maintenant je peux m'en aller, excuse-moi. Ton image en tête, je peux mourir".

Loïc, sur une proposition de "ECRITURE CREATIVE", ICI.
"Voir, Naples, et mourir ..."


mercredi 17 mai 2017

Sea, sun, and … Rien.


Sea, sun, and … Rien.
J’ai 17 ans, je vends des glaces et des boissons fraîches sur la plage en été.
Oh, ce soleil, c’est tuant … Je n’aurais jamais cru. Et la concurrence, féroce : chacun a son pré carré, malheur à celui qui transgresse les codes, comme un musicien dans le métro. La roue de ma carriole s’enfonce régulièrement dans le sable.
Le pire : les pieds, les jambes, écorchés, lourds. Je crains l’entorse, le chômage technique. Un ado fait le paon, sous forme de roues élégantes, devant les filles. J’en ferais bien autant, moi, mais mes forces sont à bout. Le jeune homme, de mon âge, me toise et fait le malin en m’interpellant : « Hé, pousse la plus vite, ta brouette ! Sinon on te la renverse ! « »
Mais j’ai ma fierté : ne pas faire une tête de chien battu, ne pas répondre, surtout pas. Un homme m’appelle, de loin, du haut de la plage : « Ici, mon gars ! » Il faut remonter, mais ça vaut le coup : quatre glaces, les parents et deux enfants. Je suis redescendu, un des enfants crie vers moi : « Non, je voulais plutôt un Coca ».
J’enlèverais bien mon T-shirt. Et si je m’asseyais un peu, pour souffler ? Je ne dois pas être torse nu : gare aux coups de soleil.
Un vieux couple. Chacun, dans sa chaise longue, s’occupe. Lui lit un policier, elle fait des mots croisés. « Te voilà bien courageux, on n’en voit plus beaucoup, des comme toi ! Allez on va te prendre deux Oranginas. Garde la monnaie, va ».
Trois gosses me suivent. Ils n’ont rien trouvé de mieux que de me jeter du sable, si possible dans ma carriole, en braillant une chanson paillarde, apprise lors d’une soirée de barbecue familial, et à laquelle ils ne comprennent sans doute que goutte. Leurs parents les regardent d’un air attendri. Le père entonne, lui aussi, la chanson, avec un grand sourire niais, mais reçoit un bon coup de coude de sa femme.
Je me laisse tenter : « allez, je m’en offre une autre. De toute façon tout va fondre, maintenant. Il ne faudrait tout de même pas que je lèche tout mon fond de commerce. Cela m’a valu, l’autre jour, de me retrouver le soir sans le sou.
Inhumaine, cette journée mais… « Ça te fera les pieds », m’a dit le voisin, toujours si aimable, en me voyant revenir, hier.

Loïc

samedi 13 mai 2017

"Il y a trois sortes de ... "


" Il y a trois sortes d'hommes :
Les vivants, les morts, et ceux qui sont en mer ". PLATON
.......................................

" Il y a trois sortes de femmes : les mères, les filles et puis les amantes. " - Soazig

Il y a trois sortes de femmes " : les soumises, les révoltées, celles qui conquièrent. " - Dany

" Il y a trois sortes de femmes : les mères, les veuves et celles qui attendent au bout du quai le retour du bateau. " - Hélène

" Il y a trois sortes de femmes : des femmes courageuses, des femmes créatrices, des femmes de petite vertu. " - Nicole

" Il y a trois sortes de femmes : la femme enfant, la maîtresse femme, la femme maîtresse. " - Maryse

" Il y a trois sortes de femmes : celles qui soignent, celles que l'on soigne, celles qui se débrouillent. " - Elise

" Il y a trois sortes de femmes : les bonnes du curé, les femmes libérées, et les ménagères de plus de cinquante ans. " - Loïc

" Il y a trois sortes de femmes : les chochottes, les rigolotes et les cocottes. "  - Gaëlle

" Il y a trois sortes de femmes : les bonnes femmes, les femmes de mauvaise vie et les femmes d'affaires. " - Annie

Il y a trois sortes de femmes : celles qui ont eu des enfants, celles qui s'en plaignent, celles qui se réjouissent de ne pas en avoir.. Françoise R'

" Il y a trois sortes de femmes : Celles qui se voilent, celles qui mettent les voiles, celles qui se dévoilent". Géraldine 

mercredi 10 mai 2017

L'abri du marin


L’abri du marin, à Sainte-Marine.
Un père conduit vers le patron de pêche son fils (12 ans) , pour l’engager sur sa « première marée » … Dialogue entre ces trois personnages.
……………………………….
 » – Non, non, père, je ne veux pas. Excusez-moi, père. Excusez-moi, mais j’ai peur …
– Comment ça, tu ne veux pas ? mais c’est la tradition ! J’ai suivi mon père, moi, et il avait suivi son père, et tu me suivras, je te prie de me croire ! Serais-tu un de ces enfants qui osent s’opposer à leur père ?
– Allez, Iffig, obéis donc à ton père. Je te promets une première marée pas difficile, tu sais.
– Je n’ai pas peur du travail, mais de la mer, Patron Yann-Vari !
– Mais on a besoin de toi, bonhomme, tout de suite et pendant toute la durée de cette guerre interminable, pour ramener la godaille et l’argent de notre vente. Il faut les nourrir, nos familles, et comment faire, par exemple, pour tes petits frères et tes soeurs, et ta maman ? Nous ne sommes plus assez d’hommes à Saint-Marine.
– J’ai peur, père, et je ne serais pas utile sur un bateau, Patron Yann-Vari. Je serais plutôt une charge, pour la pêche et pour la vie à bord …
– Une charge ? Je m’occuperai vite de te mettre au pas, moi ! Tout ce qui ne sert à rien à bord, c’est balancé à la flotte, et vite fait, tu sais !
– Je sais, Patron, que ce que vous dites est exagéré, et ce n’est pas de ça que j’ai peur. Trop de tontons, de cousins, de pères de mes amis, ont disparu. Je ne veux pas subir leur destin. Et … j’ai peur aussi pour toi, papa …
– Il le faut, mon fils. Nous t’aiderons, t’accompagnerons, t’encouragerons. Tu pourras compter sur nous, hein, Yann-Vari ? tu verras, ça ira. Tiens, commence donc par avaler ce coup de fort, ça ira déjà mieux. Et cours chercher ton barda, embrasse ta mère en passant, et … sur le pont ! T’es un homme, maintenant. Torche ton nez, donc, et va aider à ranger les caisses. « 
Loïc
Les abris du marin, Wikipédia : 
Association des Abris du Marin :

samedi 6 mai 2017

Etranges étrangers

« Kabyles de la Chapelle et des quais de Javel
Hommes de pays loin
Cobayes des colonies
Doux petits musiciens
Soleils adolescents de la porte d’Italie
Boumians de la porte de Saint-Ouen
Apatrides d’Aubervilliers
Brûleurs des grandes ordures de la ville de Paris
Ébouillanteurs des bêtes trouvées mortes sur pied
Au beau milieu des rues
Tunisiens de Grenelle
Embauchés débauchés
Manœuvres désœuvrés
Polacks du Marais du Temple des Rosiers
Cordonniers de Cordoue soutiers de Barcelone
Pêcheurs des Baléares ou du cap Finistère
Rescapés de Franco
Et déportés de France et de Navarre
Pour avoir défendu en souvenir de la vôtre
La liberté des autres.
Esclaves noirs de Fréjus
Tiraillés et parqués
Au bord d’une petite mer
Où peu vous vous baignez
Esclaves noirs de Fréjus
Qui évoquez chaque soir
Dans les locaux disciplinaires
Avec une vieille boîte à cigares
Et quelques bouts de fil de fer
Tous les échos de vos villages
Tous les oiseaux de vos forêts
Et ne venez dans la capitale
Que pour fêter au pas cadencé
La prise de la Bastille le quatorze juillet.
Enfants du Sénégal
Départriés expatriés et naturalisés.
Enfants indochinois
Jongleurs aux innocents couteaux
Qui vendiez autrefois aux terrasses des cafés
De jolis dragons d’or faits de papier plié
Enfants trop tôt grandis et si vite en allés
Qui dormez aujourd’hui de retour au pays
Le visage dans la terre
Et des hommes incendiaires labourant vos rizières.
On vous a renvoyé
La monnaie de vos papiers dorés
On vous a retourné
Vos petits couteaux dans le dos.
Étranges étrangers
Vous êtes de la ville
Vous êtes de sa vie
Même si mal en vivez
Même si vous en mourez. »
Jacques Prévert
Merci Yolande Moreau. Un très beau texte à méditer. Avant d’aller voter ...